Nice doit fournir quelques efforts pour améliorer son autonomie alimentaire

0

Une récente enquête a décidé de s’attarder sur l’autosuffisance alimentaire de plusieurs villes de France. Nice est assez mal classée puisqu’elle se retrouve à la 36e place, il sera donc nécessaire pour les autorités compétentes de redoubler d’efforts. 

Les légumes de votre potager peuvent être conservés dans des bocaux

L’alimentation est un point très important en France, les consommateurs sont donc nombreux à se pencher sur les produits susceptibles de se retrouver dans leur assiette. Ils effectuent un tri drastique en choisissant bien sûr les légumes ainsi que les fruits les plus intéressants pour leur santé notamment en chassant de leur quotidien toutes les substances nuisibles. Certains réalisent même des bocaux afin de conserver cette fraîcheur tout au long de l’année. Il est généralement très agréable de déguster des haricots verts ou encore des tomates pendant l’hiver surtout si vous avez eu l’occasion de les ramasser dans votre potager. 

Nice est 36e dans ce classement dédié à l’autonomie alimentaire

Les Français ont donc développé un certain attrait pour cette culture, mais les villes ont encore besoin de multiplier les efforts. Une récente étude montre le taux d’autonomie alimentaire de différentes communes. Nous apprenons ainsi qu’Angers affiche 6.36 % contre 6.37 % pour Nantes ou 6.43 % pour Valence. Vous pensez sans doute que ces pourcentages sont assez faibles, ils sont relativement élevés. Nice n’a pas eu l’occasion de les détrôner avec seulement 2.10 %. Avec une telle statistique, elle est reléguée à la 36e place de ce classement, elle doit ainsi redoubler d’efforts pour optimiser cette autonomie alimentaire. Pourtant, elle est dans la moyenne puisqu’elle s’articule autour de 2 % selon cette même enquête qui souligne les disparités existantes en France. 

97% de la production française est exportée 

Toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne, mais les auteurs de cette étude souhaitent pointer du doigt le mode opératoire réalisé par notre pays. En effet, près de 98 % des produits agricoles sont importés, mais nous avons tout de même une agriculture qui n’est pas utilisée à bon escient. 97 % de notre production est exportée. De ce fait, nous pourrions réellement utiliser nos propres produits, ce qui devrait améliorer notre autonomie dans ce domaine, il est donc préférable pour les autorités compétentes de changer leur méthodologie qui est décrite comme absurde. Les consommateurs doivent aussi être éduqués en conséquence. 

Nice doit trouver de nouvelles formes d’agriculture 

Les récentes statistiques nous annoncent que nous dépensons en moyenne 15.5 euros pour les produits agricoles locaux. Les Français doivent se rendre dans les marchés comme celui de Nice ou de Marseille afin de découvrir pleinement les saveurs d’antan. L’étude reconnaît également que les équipements ne sont pas toujours à la hauteur des attentes. Les grandes aires urbaines n’affichent pas un potentiel similaire, c’est le cas pour Nice avec 21 % contre 7 % pour Paris ou encore 14 % pour Marseille. Ces communes doivent donc réfléchir à de nouvelles stratégies notamment pour proposer des formes d’agriculture spécifiques dans le but d’améliorer cette autonomie alimentaire très importante pour notre santé.

Partager >>