Dentego et le RAC 0, quel impact pour les centres de soins dentaires ?

0

Un accord entre deux syndicats de dentistes et l’Assurance maladie va permettre de se rapprocher d’un reste à charge zéro pour une partie des actes prothétiques à partir de 2020. En effet, dès 2021, beaucoup de Français pourront retrouver le sourire sans prendre un emprunt. Ce « reste à charge zéro » ou RAC 0 pour le dentaire est désormais en bonne voie, comme l’avait promis le candidat Macron durant la campagne présidentielle. Quel impact va avoir le RAC 0 pour des centres de soins dentaires comme Dentego ? Focus.

Qu’est-ce que le RAC 0 ?

Si les soins dentaires sont plutôt bien remboursés, 40 % des actes prothétiques restent à la charge des patients. Et c’est bien cet aspect que la nouvelle mesure compte modifier. Si le reste à charge zéro ne couvrira pas l’intégralité des soins et interventions dentaires, les frais à la charge du patient devraient nettement diminuer d’ici 2022. Et permettre de facto aux patients les plus modestes de pouvoir profiter d’actes dentaires, ce qui n’est pas forcément le cas aujourd’hui. Avec trois niveaux de prise en charge : un « reste à charge zéro » (RAC) sera étendu à près de la moitié (46 %) des prothèses dentaires, tandis qu’un quart (25 %) bénéficiera d’un « reste à charge modéré » avec des prix plafonnés. Les autres actes (29 %) resteront à tarifs libres. L’orthondontie, ces appareils dentaires et autres bagues qui corrigent la position des dents, ne sont pas concernés par cet accord.

Si aujourd’hui un patient débourse 195 euros pour une couronne céramo-métallique sur les incisives à 550 euros, au 1er janvier 2020, il sera remboursé en intégralité par la Sécu et la mutuelle (à condition d’en avoir une…). Quant aux prothèses amovibles, dont les dentiers, il faudra attendre le 1er janvier 2021 pour atteindre un reste à charge zéro. L’accord prévoit de rembourser en priorité les dents les plus visibles. Une belle avancée santé, mais aussi sociale et sociétale…

RAC 0, la Sécurité sociale annonce un gagant/gagnant pour les dentistes

D’après la Sécutité sociale, cette réforme du « reste à charge 0 » devrait profiter à bon nombre de cabinets dentaires. En effet, Nicolas Revel, le patron de notre chère Sécurité sociale promet un retour favorable pour la profession. Le texte de loi prévoit notamment de plafonner par étapes les prix de 70 % des prothèses dentaires, tout en augmentant leur remboursement par la Sécu et les mutuelles. Les 30 % restants, qui  correspondent à des actes haut de gamme, demeureront à honoraires libres.

En contrepartie, les tarifs des « soins conservateurs » (traitement des caries, par exemple) seront revalorisés et de nouveaux actes de prévention seront créés. Dans l’ensemble, le gain net pour les dentistes sera supérieur à 230 millions d’euros par an au terme de la convention, en 2023. Cette prévision tient compte d’une possible recrudescence des actes prothétiques après l’entrée en vigueur du « reste à charge zéro », prévue en deux temps : 2020 pour les couronnes et bridges puis 2021 pour les « dentiers » amovibles.

Les patients et les dentistes devraient retrouver le sourire…

 

Summary
Review Date
Reviewed Item
Notes
Author Rating
51star1star1star1star1star
Partager >>