La ville de Nice s’engage dans la lutte contre le Sida

0

Après Bordeaux et Paris, c’est aujourd’hui au tour de la cité Phocéenne d’entrer dans le réseau « Fast Track Cities ». Il s’agit notamment d’une initiative de l’ONU afin de mettre fin à l’épidémie de Sida partout dans le monde. Depuis quelques années, la France a commencé à participer à cette campagne. D’ailleurs, quelques régions de l’Hexagone sont malheureusement concernées par cette maladie sexuellement transmissible très dangereuse. La côte d’Azur fait également partie des régions la plus touchée par le virus du VIH. Mais, l’île de France reste encore la région la plus contaminée de France.

Nice fait son entrée dans le réseau « Fast Track Cities »

En France, plus de 150 000 personnes ont été dépistées séropositives. Elles portent donc le virus du VIH/Sida. C’est un chiffre qui croît au cours des années. Mais, cette statistique ne prend pas en compte ceux qui ne savent pas qu’elles sont atteintes de cette maladie mortellement dangereuse. Des millions de personnes meurent chaque année partout dans le monde.

La menace est réelle dans la ville de Nice et ses alentours. Le virus du VIH/SIDA touche la majorité de la population niçoise. Selon les statistiques, la région PACA est la deuxième région la plus contaminée de l’Hexagone juste après l’île de France. C’est dans ce cadre que le Maire de Nice, Christian Estrosi a lancé l’alarme en intégrant sa ville dans le réseau « Fast Track Cities ». Il a récemment signé un engagement pour la lutte contre le Sida. Il s’agit d’un réseau mondial mis en œuvre par l’ONU. Il intègre notamment les villes les plus engagées dans la lutte contre le virus du Sida.

Entre autres, une campagne de sensibilisation est en cours de préparation dans la ville de Nice. Le maire de la ville a lancé « Courons à Nice contre le Sida ». C’est une collecte de fond pour financer des projets de sensibilisation dans la région. En effet, les participants vont courir sue la Promenade du Paillon pendant une durée d’une heure environ.

Où vont passer les fonds collectés ?

Il est clair que l’argent collecté par les différentes campagnes de sensibilisation ira directement vers les plus vulnérables. Pour se faire, il est primordial de :

  • Dépister le virus VIH/Sida à grande échelle. Il faut donc promouvoir le dépistage des personnes qui sont probablement touchées par cette maladie ;
  • Multiplier les moyens de préventions comme la distribution des préservatifs ou bien d’autres outils utiles ;
  • Améliorer la vie des patients. Il s’agit de bien traiter les personnes qui sont séropositives : ne pas porter de jugement, toujours garder le maximum de confidentialité, etc.

Par ailleurs, un nouveau centre d’accueil a ouvert ses portes à Nice. C’est l’association « AIDES » qui a eu l’initiative de lancer ce projet dans le but d’éviter l’arrivée de nouvelle personne atteinte du virus VIH/Sida. Ce centre de santé est situé au 29 rue Délile en vue d’accompagner les patients dans toutes ces démarches.

Partager >>